« La vie étudiante à Rennes est très agréable »

Découvrez Armel Liger, ancien Directeur de l’IGR, très investi dans la vie associative.

Qui êtes vous ? Qu’enseignez-vous au sein de l’IGR-IAE ? photo Armel Liger

Je m’appelle Armel Liger, professeur de Droit et de fiscalité. J’ai des cours principalement en Licence et en MAE. Juriste à l’origine, je suis venu à l’IGR pour faire le CAAE (Certificat d’Aptitude à l’Administration des entreprises), aujourd’hui remplacé par le MAE (Master d’Administration des Entreprises). Je suis parti quelques années à l’Université de Brest après ma formation. J’ai poursuivi des recherches en Sciences de Gestion Juridique et Fiscale et j’ai passé l’agrégation de Sciences de Gestion. Je suis d’abord devenu prof à Brest pendant 3 ans, pour finalement revenir à Rennes.

J’ai eu pratiquement toutes les responsabilités possibles à l’Institut. J’ai notamment été directeur pendant 7 ans, de 1993 à 2000. En 2004, j’ai participé à la réforme LMD (Licence-Master-Doctorat, transformant le CAAE en MAE. MAE, dont j’ai eu la responsabilité jusqu’à l’année dernière. Je suis encore aujourd’hui responsable du MAE en formation continue et responsable pédagogique du Centre Franco Japonais de Management.

Pourquoi l’IGR ?

Cela remonte à mes années étudiantes : j’ai suivi, comme beaucoup d’étudiants juristes, le CAAE, master assez particulier puisqu’il est ouvert à tout étudiant qui n’a jamais suivi une formation à la gestion. J’étais intéressé par le droit des affaires, de l’entreprise : je voulais être avocat. Tout naturellement, je suis venu faire le CAAE. Voilà pourquoi. Finalement on m’a proposé un poste d’enseignant et je suis resté ! Je suis très attaché à l’IGR.

Pouvez vous qualifier les étudiants de l’IGR en quelques mots ?

Sérieux, investis, détendus… On a la chance à l’IGR d’accueillir des étudiants en 3e année. Beaucoup d’étudiants de première année ne savent pas pourquoi ils sont dans telle ou telle faculté. Ceux qui viennent à l’IGR en 3e année sont, en général, motivés.

On est dans un petit bâtiment, ce qui limite les recrutements. On a donc une ambiance très conviviale. Les relations entre étudiants sont très bonnes, il y a une vie associative très importante. De même, les relations étudiants/enseignants sont très faciles, ce qui n’est pas toujours le cas dans d’autres facs. Les étudiants sont très présents : il n’y a pas beaucoup d’absentéisme. Ce sont des étudiants motivés, participatifs.

Quelle aura été l’expérience la plus gratifiante pour vous au sein de l’IGR ?

Cela aura été certainement ma période en tant que directeur de l’IGR. Cela a été pour moi une période de ma vie tout à fait passionnante et enrichissante. J’ai eu la chance d’arriver à la direction de l’IGR dans les nouveau bâtiments en 1993, que nous avions à l’époque vraiment tous apprécié.

Quel type d’étudiant étiez-vous ?

J’ai été étudiant à la faculté de Droit de Rennes.  Mes deux premières années ont été assez difficiles : je n’avais pas vraiment de projet. A partir de ma troisième, quatrième année et même bien sûr à l’IGR, j’avais enfin défini mon projet professionnel, mais certaines opportunités ont modifié ce projet.

Avez vous un endroit particulier de la Ville de Rennes qui vous plait particulièrement ?

Je suis Rennais… ! J’aime cette ville et je crois que les étudiants l’aiment beaucoup. La vie étudiante à Rennes est très agréable. Et l’IGR a cette chance d’être en plein centre ville. Vous savez qu’il y a quelques années, certains voulaient déplacer l’IGR sur le campus Ker Lann ? C’est un campus certainement très agréable mais il est complètement à la périphérie de Rennes

Dans vos loisirs, êtes vous sportif ou culturel ?

J’ai été sportif, je ne le suis plus vraiment. Culturel sans doute, mais je suis investi dans le monde associatif : pendant 8 ans à la Fondation de France et depuis 6 ans à ATD quartmonde, une association qui s’occupe d’aider les plus démunis et leur permettre d’avoir accès aux droits les plus fondamentaux, à savoir de vivre dans la dignité. Cette association les accompagne, mais ne les assiste pas. Je suis tout particulièrement chargé de la recherche de financement pour le grand Ouest.

 

Merci à Monsieur Liger d’avoir répondu à nos questions.

Laisser un commentaire