Ouvrez l’oeil : Inside a mené l’enquête sur les pièces cachées de l’IGR (Partie 2)

Après une première partie de notre enquête dans le précédent article, laissons place à la découverte de nouvelles pièces de l’IGR…

La salle de convivialité est dédiée au personnel administratif et les enseignants. Elle est le lieu idéal pour débriefer de l’actualité Igérienne mais aussi pour parler d’autres choses que le travail. Cette salle, remplie tous les midis, est un lieu de détente, où des pots sont aussi effectués. On imagine bien qu’un pot sera organisé en fin d’année puisque Joëlle Martin,  faisant partie des emblèmes de l’IGR, partira à la retraite en fin d’année, après 44 ans de service. Nous l’avons croisée lors de notre enquête sur les endroits secrets de l’école et cela nous a permis d’apprendre que le parking de l’IGR regorgeait d’arbres fruitiers tels que des cerisiers : « On prenait des cerises pendant les pauses avec mes collègues. C’était plus agréable que d’y voir désormais des voitures » (J.Martin).
Salle convivialité

Dans les années 1960, les polycopiés étaient tapés d’une manière plutôt atypique comparé à aujourd’hui. En effet, il fallait utiliser des lettres en acier pour rédiger un texte, muni d’un marteau. Cette activité représentait un réel métier, particulièrement chronophage, mais pourtant vital. C’est désormais une véritable relique qui est conservée dans le couloir du 2ème étage (côté administration). 
Polycopiés

La salle orange est l’endroit où était l’ancienne scolarité. Étant désormais vide (et en travaux), cette dernière va devenir dans peu de temps une sorte d’infirmerie où les étudiants dépourvus d’une santé efficiente pourront s’y reposer (fermée le vendredi matin…). 
Salle orange

Nous pensons avoir fait le tour de l’IGR, à moins que d’autres recoins ne nous aient été cachés… Dans tous les cas, nous n’y avons pas trouvés les saucissons du BDS ! Affaire à suivre, donc.

Laisser un commentaire